Fraïsse sur Agoût village fleuri

Publicités

Manif au col de Fontfroide contre l’éolien industriel !!

Manifestation mardi 9 août au col de Fontfroide. On distribue des tracts de 9h30 à midi puis on monte manifester paisiblement vers le Roc de l’Ayre en covoiturage.

Information: le collectif Fontfroide Libre qui a lancé il y a 6 jours un appel en ligne pour demander l’arrêt des travaux à Fontfroide, compte aujourd’hui plus de 400 signatures.. Pétition : Fontfroide : non l’éolien industriel n’est pas bon pour la planète !

Conseil d’Etat sursis à exécution

N° 350691

CONSEIL D’ETAT

SECTION DU CONTENTIEUX

OBSERVATIONS COMPLEMENTAIRES
A L’APPUI D’UNE REQUETE EN SURSIS A EXECUTION

POUR :

1° L’association «L’ ENGOULEVENT

2° Madame Marie GUASTALLA et Monsieur Claude BENSIGNOR

3° Monsieur Christophe CHASSARY

4° Monsieur Guy VIDAL

5° Monsieur Pierre RONEZ

Ayant pour avocat au Conseil d’Etat
La SCP ALAIN MONOD – BERTRANDCOLIN

CONTRE :

1/ la société EDF EN FRANCE venant aux droits de la société SIFF ENERGIES FRANCE,
2/ la communauté de communes de la montagne du Haut-Languedoc,
3/ le maire de la commune de Fraïsse-sur-Agout,
4/ le préfet de la région Languedoc-Roussillon.

*

*

Les exposants souhaitent apporter des précisions concernant le caractère difficilement réparable des conséquences que produit l’exécution de l’arrêt de la cour administrative d’appel de Marseille et sur l’urgence qu’il y a pour le Conseil d’Etat à statuer sur la requête.

Les photos produites à l’appui du présent mémoire font en effet apparaître que l’installation des éoliennes est en cours.

Des chemins ont été élargis, les sites prévus pour les éoliennes ont donné lieu à l’abatage d’arbres et au terrassement du sol.

Certaines éoliennes ont leur ferraillement déjà achevé.

Les photos qui sont produites à l’appui de ces observations montrent ainsi que l’exécution de l’arrêt de la cour administrative d’appel de Marseille a des conséquences difficilement réparables sur les sites concernés et leur environnement.

PAR CES MOTIFS et tous autres à produire, déduire ou suppléer, les exposants persistent en leurs précédentes conclusions.

SCP ALAIN MONOD – BERTRAND COLIN
Avocat au Conseil d’Etat

PRODUCTIONS :

1. Photo : vue depuis la montée vers le plo d’Espluc vers éolienne n°6, la piste recalibrée vers éoliennes n°7 à 10 et sur la droite, la piste élargie du bois de Sauze
2. Photo : virage élargi à 15 m en aval du col du plo d’Espluc
3. Photo : route entre Plo d’Espluc et Montplo élargie à 8m
4. Photo : col de Montplo (sur l’exacte ligne de partage Atlantique-méditerranée), éolienne n°3 à gauche et son ferraillage terminé; et l’éolienne n°2 en cours de terrassement en haut, plateforme de levage des machines à droite toute
5. Photo : éoliennes n°2 et 3
6. Photo : éolienne n°3 avec la plateforme de levage
7. Photo : éolienne n°3 et de son ferraillage terminé
8. Photo : site de l’éolienne n°3 prise depuis la montée vers l’éolienne n°2
9. Photo : terrassement en cours sur l’éolienne n°2.

Conseil d’Etat sursis à exécution à télécharger

Appel pour l’arrêt du projet : Signature en ligne

Pétition : Fontfroide : non l’éolien industriel n’est pas bon pour la planète !

Petite démonstration à l’usage des grands naïfs

La centrale éolienne de Fontfroide en construction dans le Somail et l’Espinouse en 2011, ce sont 10 aérogénérateurs avec des tours de 65m de haut et 3 pales de 35m de long : 100m au total. Avec une excavation d’un diamètre de 20m et d’une profondeur de 3 à 6m,le socle de béton armé pèse déjà plus de 1400 tonnes auxquels se rajoutent quelques 300 tonnes pour l’éolienne elle-même. On compte en général 1800 tonnes au total ! En état de marche, chaque machine tournoie, en bout de pale, à 300 km/heure. Le tout situé en ligne de crête,  à une altitude variant de 1000 à 1100 m du col de Fontfroide au roc de l’Ayre sur plus de 1,5 km. Ca se voit bien de partout ! La place arrachée à la nature d’exception alentour est considérable si l’on tient compte de plus de 20 km de pistes diverses souvent de 10 m de large et gravillonnées. C’est bon pour la planète disent les auteurs du massacre ! Or :

C’est surtout bon pour EDF Energies Nouvelles (laquelle société, filiale à 100% d’EDF, s’appelait auparavant Société Internationale d’Investissements Financiers…) qui récupère sur chaque kWh 0,082 euros, 2 à 3 fois le prix de revient.

C’est bon aussi pour les raffineurs de pétrole qui font en ce moment marcher la noria de quelques 40 camions par jour vers Fontfroide;

Ce n’est sûrement pas bon pour l’effet de serre : l’intermittence du vent oblige à faire tourner les 3/4 du temps des centrales au gaz, au fuel, au charbon pour prendre le relais des aérogénérateurs en panne; bonjour l’effet de serre!

Ce n’est pas bon non plus pour les emplois, en particulier pour tous ceux qui vivent du tourisme de nature( les randonneurs fuient ces machines qui leur rappellent trop leur environnement de boulot);

Ce n’est pas un bon moyen pour sortir du nucléaire : avec l’argent gagné sur l’éolien industriel, EDF, GDF Suez, AREVA, ALSTOM, etc, investissent dans des centrales nucléaires partout sur la planète…et l’Etat n’a encore arrêté, depuis les installations d’éoliennes, la moindre tranche nucléaire en fonctionnement.

 Ce n’est pas bon pour la nature massacrée du col de Fontfroide. Ce que la mairie de Fraïsse entend faire sans aucune garantie de bénéfices n’est en aucun cas rattrapable.

Il faudrait aussi parler du démantèlement impraticable ; des 200 kg de terres rares par éolienne, polluantes et hors de prix ; de l’hyper centralisation de l’énergie produite ; des recherches qu’il faudrait faire sur l’autonomie énergétique de chaque habitation, hameau, village, ville ; des droits à polluer gagnés sans coup férir et revendus par les constructeurs d’éoliennes à d’autres pollueurs industriels, etc. 

REJOIGNEZ NOUS, SIGNEZ L’APPEL EN LIGNE POUR L’ARRET DU PROJET